fbpx

Idée reçue : “Allez, prenons une bonne bouffée d’oxygène !”

0  comments

Ouh la, je manque d'énergie !

J'ai besoin d'une bonne bouffée d'oxygène !

Et quoi de mieux pour avoir une bonne bouffée d'oxygène qu'une grande respiration ?

Amenons de l'air dans les poumons ! Puisque dans l'air, il y a de l'oxygène, je vais amener l'oxygène, je vais en avoir plus encore ! Je vais charger en oxygène et récupérer de l'énergie !

Voilà en tout cas l'un des postulats de beaucoup de système de respiration. Malheureusement, ce postulat est faux !

Que se passe-t-il lorsqu'on amène de l'air extérieur qui contient, en effet, de l'oxygène ? 20% de l'air est constitué de dioxygène, donc on augmente la pression partielle de dioxygène dans les poumons, et donc on devrait faire passer plus d'oxygène dans le sang.

Ce serait vrai si l'oxygène était facilement dissous dans le sang. Or c n'est pas le cas. Pour pouvoir assurer la bonne circulation de l'oxygène dans le corps, nous avons besoin de ce que nous appelons l'hémoglobine, qui est contenue dans les globules rouges (qui donne sa couleur au sang).

L'hémoglobine capte des molécules de dioxygène et elle les transporte dans le sang. Elle est beaucoup plus efficace que l'oxygène qui est dissout dans le sang. Or, augmenter la quantité d'air va augmenter la pression partielle d'oxygène : cela va peut-être ajouter un petit peu plus d'oxygène dissous dans le sang, mais ne va pas augmenter la quantité d'oxygène que nous avons dans l'hémoglobine.

Et l'hémoglobine, c'est 98 % de l'oxygène que nous avons dans le sang, pour seulement 2% pour la partie qui est dissoute. Donc lorsque nous prenons une grande bouffée,  si nous avons augmenté, éventuellement, un peu l'oxygène dissous, ce n'est que sur une partie minuscule, 2% qui ne va pas changer grand chose.

Alors, me direz-vous, oui mais si je prends une grande bouffée d'oxygène, je vais charger un peu plus l'hémoglobine en oxygène ?

Et bien non !

Et je vais vous le montrer tout de suite.

eci est un appareil que l'on appelle un saturomètre-pulsomètre ou oxymètre-pulsomètre. Grâce à une petite cellule lumineuse il mesure le rythme cardiaque (donc pulsomètre) et la saturation (périphérique) en oxygène de l'hémoglobine (oxymètre ou saturomètre).

Je le lance et après un petit moment, je vois qu'il me donne une saturation périphériques en oxygène de l'hémoglobine de 98% !

Je peux respirer autant que je veux, je ne vais pas augmenter la quantité d'oxygène que j'ai déjç de disponible dans le corps !

C'est bien là une des erreurs les plus fréquentes que l'on voit avec tous les systèmes de respiration qui considèrent que ventiler beaucoup, amener beaucoup d'air, va augmenter la quantité d'oxygène dans le sang.

Eh bien non ! Si vous êtes normalement constitué, que vous n'avez pas de problème de santé particulier, votre sang est en permanence saturé en oxygène entre 95 et 99 % !

L'hémoglobine est saturé en oxygène en temps normal. Ventiler plus ne va pas amener plus d'oxygène.

Par contre, cela a des conséquences qui peuvent être réellement contre-productives par rapport à ce que l'on voudrait obtenir.

On cherche à obtenir plus d'oxygène en respirant plus, mais en réalité ce qui se passe c'est que nous n'augmentons pas la quantité d'oxygène. Par contre, nous allons diminuer la quantité de co2. Avec ce volume de respiration, nous expulsons du co2 - ce qui pourrait ne pas paraître grave mais qui est en fait dramatique...

Le corps a besoin de co2 pour que l'oxygène contenu dans l'hémoglobine puisse être relâché au niveau des cellules. C'est ce qu'on appelle l'effet Bohr.

Je ne rentrerai pas dans les détails de la chimie. Imaginez simplement notre hémoglobine qui se promène avec sa quantité d'oxygène sur le dos, et qui en arrivant près de la cellule, lui dit :

HG : "Chère cellule, j'ai de l'oxygène."

CELLULE : "Très bien, je prends l'oxygène !"

HG : "Chère cellule, j'ai besoin de co2."

CELLULE : "Je n'ai pas de co2 !"

HG : "Hé bien dans ce cas-là, je m'en vais avec mon oxygène"

...et nous avons toujours de la saturation en oxygène dans le sang, mais cet oxygène n'est pas délivré aux cellules parce que nous n'avons pas assez de co2...

Ventiler beaucoup, non seulement, ne nous aura pas amener plus d'oxygène pour récupérer plus d'énergie, mais en plus va même baisser la quantité d'oxygène qui est disponible au niveau des cellules. C'est d'ailleurs un phénomène que l'on peut sentir lorsque l'on hyperventile, que l'on augmente la respiration : on a un petit peu la tête légère. Cette tête un peu légère, c'est simplement que le cerveau commence à être moins alimenté en oxygène !

La première erreur dans beaucoup de système de respiration, ce n'est pas de ne pas assez respirer, c'est qu'au contraire on cherche à trop ventiler.

Trop ventiler est contre productif, parce que ça amène beaucoup moins d'oxygène là où nous en avons besoin : au niveau des cellules.


Vous aimerez peut-être aussi :

Ventiler moins pour respirer plus !

Les étapes pour ré-éduquer sa respiration

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>